À PROPOS DE MOI.

Jaremi Picz, né le 26 février 1955 à Lewin Brzeski. Peintre, sculpteur et graphiste polonais honoré par le ministre de la culture et du patrimoine national de l’Ordre du mérite pour la culture polonaise. Créateur de la galerie Mala Polowa Galeria Objazdowa. Fondateur et propriétaire de la galerie Epicentrum ART Gallery à Opole.


Sur le parcours de sa carrière artistique, se distinguent : la coopération avec la galerie autrichienne PAKS de Vienne, Hubertendorf et Munich. Collaboration avec Tablinum Management en Italie. Participation aux expositions : ART Carrousel du Louvre à Paris, Joie de Vivre’en Italie à Menaggio Lago Di Como, Société des Artistes Indépendants au Grand Palais à Paris.

Jaremi est également lauréat du prix international Caravaggio à Milan et finaliste du concours international The Best Artist in the Field of Contemporary Art, Abstractionism and Sciarsism à Kiev.
Membre de la branche de Varsovie de ZPAP (Związek Polskich Artystów Plastyków), membre de la branche de Varsovie de Zwiazek Zawodowy twórców Kultury. Vice-président de ZPAP Polska Sztuka Uzytkowa à Opole.

En 1981-1982, il a séjourné en Allemagne où il a coopéré avec la galerie polonaise de Waclaw Suchecki à Dusseldorf. Après son retour en Pologne, il a réalisé, entre autres, un bas-relief de la grande porte d’entrée de l’église Saint-Pierre-et-Paul de Lubniany, près d’Opole.
Participant et organisateur de nombreux plein-airs, expositions et autres événements artistiques en Pologne et à l’étranger. Créateur de la galerie Mala Polowa Galeria Plenerowa, dans le cadre de laquelle il a organisé de nombreuses expositions de peintures en plein air, entre autres à Gdansk, Varsovie, Wroclaw et Katowice.

Ses tableaux sont exposés dans des galeries à Cracovie, Varsovie et Gdansk et sont également mis en vente par de grandes maisons de vente aux enchères telles que Agra-Art, Rempex et Polski Dom Aukcyjny Wojciecha Sladowskiego à Cracovie, Pra-Galeria et FacetoFace à Varsovie, Auctionshaus Wesser à Brême.
Il poursuit son activité artisanale et reçoit chaque année des invitations à des expositions artistiques de renom.

À PROPOS DE MOI.

Jaremi Picz, né le 26 février 1955 à Lewin Brzeski. Peintre, sculpteur et graphiste polonais honoré par le ministre de la culture et du patrimoine national de l’Ordre du mérite pour la culture polonaise. Créateur de la galerie Mala Polowa Galeria Objazdowa. Fondateur et propriétaire de la galerie Epicentrum ART Gallery à Opole.


Sur le parcours de sa carrière artistique, se distinguent : la coopération avec la galerie autrichienne PAKS de Vienne, Hubertendorf et Munich. Collaboration avec Tablinum Management en Italie. Participation aux expositions : ART Carrousel du Louvre à Paris, Joie de Vivre’en Italie à Menaggio Lago Di Como, Société des Artistes Indépendants au Grand Palais à Paris.

Jaremi est également lauréat du prix international Caravaggio à Milan et finaliste du concours international The Best Artist in the Field of Contemporary Art, Abstractionism and Sciarsism à Kiev.
Membre de la branche de Varsovie de ZPAP (Związek Polskich Artystów Plastyków), membre de la branche de Varsovie de Zwiazek Zawodowy twórców Kultury. Vice-président de ZPAP Polska Sztuka Uzytkowa à Opole.

En 1981-1982, il a séjourné en Allemagne où il a coopéré avec la galerie polonaise de Waclaw Suchecki à Dusseldorf. Après son retour en Pologne, il a réalisé, entre autres, un bas-relief de la grande porte d’entrée de l’église Saint-Pierre-et-Paul de Lubniany, près d’Opole.
Participant et organisateur de nombreux plein-airs, expositions et autres événements artistiques en Pologne et à l’étranger. Créateur de la galerie Mala Polowa Galeria Plenerowa, dans le cadre de laquelle il a organisé de nombreuses expositions de peintures en plein air, entre autres à Gdansk, Varsovie, Wroclaw et Katowice.

Ses tableaux sont exposés dans des galeries à Cracovie, Varsovie et Gdansk et sont également mis en vente par de grandes maisons de vente aux enchères telles que Agra-Art, Rempex et Polski Dom Aukcyjny Wojciecha Sladowskiego à Cracovie, Pra-Galeria et FacetoFace à Varsovie, Auctionshaus Wesser à Brême.
Il poursuit son activité artisanale et reçoit chaque année des invitations à des expositions artistiques de renom.

expositions.

Il a organisé de nombreuses expositions individuelles et a participé activement à de nombreuses expositions collectives, entre autres :

  • Exposition dans le cadre du concours national de connaissance de l’art « Femme dans l’art »
  • Exposition au Musée de la technologie d’Otrebusy
  • Exposition à l’occasion de l’ouverture du nouveau siège social de Technopoz à Opole
  • Exposition à la ZPAP « À l’étage » à Lodz
    Exposition à la ZPAP à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à la ZPAP DW Wodnik à Leba
  • Exposition à la galerie TAB de Teresa Pomykala à Varsovie
  • Exposition au Club académique de l’Université d’Opole
  • Exposition à la ZPAP – Lufcik à Varsovie
  • Exposition à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à DW Zdrowotel à Leba
  • Exposition à la galerie Zadra de Jolanta Drzyzga à Varsovie
  • Exposition au siège de la télévision TVN à Varsovie
  • Exposition à OSiR Wilkasy près de Gizycko
  • Exposition à la galerie ZPAP Lufcik à Varsovie
  • Exposition à Novotel à Varsovie
  • Exposition à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à la Maison de la culture de Lewin Brzeski
  • Exposition à la Galerie 69 de la Fondation ART Barbakan
  • Exposition à l’hôtel Verde Montana à Kudowa Zdrój
  • Exposition à l’hôtel DeSilva à Opole
  • Exposition au Centre de la culture polonaise à Bruxelles
  • Exposition à l’hôtel DeSilva à Opole
  • Exposition à la Biennale de Cannes – France
  • Exposition dans le cadre de Modern Art Masters, Carusel du Louvre à Paris
  • Représentation permanente de la galerie autrichienne PAKS et du musée MOMAG de Vienne
  • Exposition à la galerie PAKS de Vienne – Autriche
  • Exposition au Schloss Hubertendorf – Autriche
  • Exposition à la galerie PAKS de Munich – Allemagne
  • Exposition au Palais Werndl Steyr – Autriche
  • Exposition à la galerie PAKS de Vienne – Autriche
  • Exposition au théâtre Ekostudio – Forêt d’hiver de l’art Opole
  • Exposition à l’hôtel Golebiewski de Wisla
  • Exposition à la galerie Kotlownia de Cracovie
  • Exposition au Grand Palais à Paris, France
  • Exposition à la Tablinum Galllery Maggiore di Como, Italie
  • Exposition au Carrousel d’art du Louvre à Paris, France
  • Exposition au théâtre Ekostudio – Forêt d’hiver de l’art Opole
  • Exposition à la galerie Zamostek à Opole dans le cadre du Festival Nokta d’Opole
  • Exposition au théâtre Jan Kochanowski à Opole dans le cadre du festival Nokta
  • Exposition dans la forteresse de Boyen – Gizycko
  • Série d’expositions Indépendante Souveraine
  • Exposition à Fabryka Sztuki à Tczew
  • Exposition à la galerie Suszarnia Centre culturel Browar B Wloclawek
  • Exposition au MOCAK Krakow – Résidences artistiques de Cracovie

2021

  • Exposition pendant le Salon de printemps dans la galerie BWA Opole
  • Organisateur et commissaire de l’exposition célébrant le 35e anniversaire de la ZPAP PSU à Opole à la Galerie BWA à Opole
  • Exposition au Musée national d’art d’Ukraine de Kiev

Expositions

Il a organisé de nombreuses expositions individuelles et a participé activement à de nombreuses expositions collectives, entre autres :

  • Exposition dans le cadre du concours national de connaissance de l’art « Femme dans l’art »
  • Exposition au Musée de la technologie d’Otrebusy
  • Exposition à l’occasion de l’ouverture du nouveau siège social de Technopoz à Opole
  • Exposition à la ZPAP « À l’étage » à Lodz
    Exposition à la ZPAP à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à la ZPAP DW Wodnik à Leba
  • Exposition à la galerie TAB de Teresa Pomykala à Varsovie
  • Exposition au Club académique de l’Université d’Opole
  • Exposition à la ZPAP – Lufcik à Varsovie
  • Exposition à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à DW Zdrowotel à Leba
  • Exposition à la galerie Zadra de Jolanta Drzyzga à Varsovie
  • Exposition au siège de la télévision TVN à Varsovie
  • Exposition à OSiR Wilkasy près de Gizycko
  • Exposition à la galerie ZPAP Lufcik à Varsovie
  • Exposition à Novotel à Varsovie
  • Exposition à Dom Polonii à Varsovie
  • Exposition à la Maison de la culture de Lewin Brzeski
  • Exposition à la Galerie 69 de la Fondation ART Barbakan
  • Exposition à l’hôtel Verde Montana à Kudowa Zdrój
  • Exposition à l’hôtel DeSilva à Opole
  • Exposition au Centre de la culture polonaise à Bruxelles
  • Exposition à l’hôtel DeSilva à Opole
  • Exposition à la Biennale de Cannes – France
  • Exposition dans le cadre de Modern Art Masters, Carusel du Louvre à Paris
  • Représentation permanente de la galerie autrichienne PAKS et du musée MOMAG de Vienne
  • Exposition à la galerie PAKS de Vienne – Autriche
  • Exposition au Schloss Hubertendorf – Autriche
  • Exposition à la galerie PAKS de Munich – Allemagne
  • Exposition au Palais Werndl Steyr – Autriche
  • Exposition à la galerie PAKS de Vienne – Autriche
  • Exposition au théâtre Ekostudio – Forêt d’hiver de l’art Opole
  • Exposition à l’hôtel Golebiewski de Wisla
  • Exposition à la galerie Kotlownia de Cracovie
  • Exposition au Grand Palais à Paris, France
  • Exposition à la Tablinum Galllery Maggiore di Como, Italie
  • Exposition au Carrousel d’art du Louvre à Paris, France
  • Exposition au théâtre Ekostudio – Forêt d’hiver de l’art Opole
  • Exposition à la galerie Zamostek à Opole dans le cadre du Festival Nokta d’Opole
  • Exposition au théâtre Jan Kochanowski à Opole dans le cadre du festival Nokta
  • Exposition dans la forteresse de Boyen – Gizycko
  • Série d’expositions Indépendante Souveraine
  • Exposition à Fabryka Sztuki à Tczew
  • Exposition à la galerie Suszarnia Centre culturel Browar B Wloclawek
  • Exposition au MOCAK Krakow – Résidences artistiques de Cracovie

2021

  • Exposition pendant le Salon de printemps dans la galerie BWA Opole
  • Organisateur et commissaire de l’exposition célébrant le 35e anniversaire de la ZPAP PSU à Opole à la Galerie BWA à Opole
  • Exposition au Musée national d’art d’Ukraine de Kiev

Épicentre.

L’idée de créer une série sous le titre « Épicentre » est née il y a plusieurs années.

À travers différentes formes et des hypothèses changeantes, apparaissant avec le temps et le processus intense de création de ma nouvelle étape artistique, ce cycle a changé de contenu, de structure et de construction.

Lire la vidéo

Du chaos initial, symbolisant le désordre cosmique, à la discipline extrême de la forme de figures géométriques symétriques dont l’archétype le plus parfait est le cercle.


La première idée était de montrer la destruction et la transition d’une forme à une autre. Le moment de l’explosion de la supernova et l’énorme énergie libérée pendant ce phénomène. En observant ce phénomène de très loin, on pourrait dire : la belle mort d’une étoile. En utilisant les moyens de la peinture, je veux montrer un phénomène qui n’est pas tant physique que métaphysique. Montrer de manière symbolique le phénomène de continuité et d’inséparabilité de deux éléments : l’esprit et la matière. L’énergie libérée lors de l’explosion, dispersant la poussière d’étoile dans l’espace, créant le noyau d’une nouvelle vie, de nouveaux êtres, est constante et constitue la force motrice de tout changement.

Mon aspiration est d’attirer le spectateur à l’intérieur de l’image en se concentrant sur son point central, afin qu’il puisse ressentir la vibration de l’énergie et libérer le désir de ne plus regarder le centre du phénomène, mais son épicentre.

Il s’agit donc de franchir la frontière entre le monde matériel et le monde des sentiments et de l’intuition. Il s’agit d’atteindre plus profondément, par la pensée et le sentiment, ce qui se trouve juste en dessous du processus impressionnant et violent de destruction.

Atteindre la cause et l’effet. Le sens même de changer la vie en mort et celle-ci en une autre forme d’existence ultérieure.


Par conséquent, je souhaite diriger l’attention non pas vers le centre du phénomène, mais explicitement et inconditionnellement, vers son ÉPICENTRE. Vers ce qui est la cause directe du changement d’une forme en une autre. Regarder sur ce point qui est invisible et inconscient pour le spectateur mais qui est la zone de la plus grande concentration d’énergie. Il révèle et symbolise tout le sens du changement et de la transformation. Cet épicentre iconique, d’une signification illimitée, est le sujet de mes expériences créatives.

C’est de cette philosophie qu’est né le concept du titre de cette série.


J’ai également l’intention de montrer combien d’énergie peut être libérée dans la forme limitée et la plus simple qui est le cercle. Il semblerait que la figure géométrique soit une forme stable, inébranlable, limitée par ses bords, délimitée sans ambiguïté. Cependant, chaque figure est déjà, par sa délimitation, détachée du substrat à partir duquel la volonté de quelqu’un a été créée, et donc une certaine charge d’énergie est également apparue. Le remplissage de cette forme avec de la couleur intensifie ces énergies. De plus, la direction de l’application de la peinture provoque une accumulation de tension et fait qu’une figure géométrique ordinaire, strictement définie et immobile, commence à vivre sa propre vie.


Ainsi, les limites de cette figure ne sont plus clairement définies et elles se fondent à nouveau dans l’environnement dont elle est issue. Il s’agit donc d’essayer de montrer la transition pulsée d’une forme à une autre. J’ai utilisé ici les principes et la philosophie du précurseur de l’art moderne et fondateur du mouvement appelé suprématisme, Kasimir Malevitch. Réduire le plan à des figures géométriques, remplies de couleurs. L’exemple le plus remarquable est Le Carré noir qui définit de nouvelles orientations ouvrant de nouveaux champs d’exploration qui sont le fondement d’une nouvelle philosophie de l’art contemporain.

La deuxième idée pour la construction technique du tableau a été inspirée par le travail de Jackson Pollock qui, en appliquant de la peinture de manière aléatoire et statistiquement imprévisible sur la toile, construit son monde pourtant extrêmement ordonné.

Un autre postulat important sur lequel repose le travail de création de mes œuvres d’art est de montrer la dualité de la nature.

La nature humaine et la nature en général. Tout comme il y a le bien et le mal, la lumière et l’obscurité, l’esprit et la matière, chacune de mes peintures de la série Épicentre Quantum a deux visages différents. L’un d’eux est visible en lumière visible, mais l’autre ne peut être vu que lorsqu’il est éclairé par la lumière ultraviolette. Dans ce cas, l’idée de la création de cette peinture et son inspiration était la philosophie de Planck qui a démoli la théorie traditionnelle de la structure ondulatoire du rayonnement lumineux au profit de son caractère quantique. Ou plutôt, l’introduction du concept de la théorie du chaos dans la physique. D’où la deuxième partie du nom du cycle de mes œuvres Quantum, en simplifiant, on pourrait les appeler des œuvres radioactives.

Iwona Malewicz

Jaremi Picz

Épicentre.

L’idée de créer une série sous le titre « Épicentre » est née il y a plusieurs années.

À travers différentes formes et des hypothèses changeantes, apparaissant avec le temps et le processus intense de création de ma nouvelle étape artistique, ce cycle a changé de contenu, de structure et de construction.

Du chaos initial, symbolisant le désordre cosmique, à la discipline extrême de la forme de figures géométriques symétriques dont l’archétype le plus parfait est le cercle.


La première idée était de montrer la destruction et la transition d’une forme à une autre. Le moment de l’explosion de la supernova et l’énorme énergie libérée pendant ce phénomène. En observant ce phénomène de très loin, on pourrait dire : la belle mort d’une étoile. En utilisant les moyens de la peinture, je veux montrer un phénomène qui n’est pas tant physique que métaphysique. Montrer de manière symbolique le phénomène de continuité et d’inséparabilité de deux éléments : l’esprit et la matière. L’énergie libérée lors de l’explosion, dispersant la poussière d’étoile dans l’espace, créant le noyau d’une nouvelle vie, de nouveaux êtres, est constante et constitue la force motrice de tout changement.

Mon aspiration est d’attirer le spectateur à l’intérieur de l’image en se concentrant sur son point central, afin qu’il puisse ressentir la vibration de l’énergie et libérer le désir de ne plus regarder le centre du phénomène, mais son épicentre.

Il s’agit donc de franchir la frontière entre le monde matériel et le monde des sentiments et de l’intuition. Il s’agit d’atteindre plus profondément, par la pensée et le sentiment, ce qui se trouve juste en dessous du processus impressionnant et violent de destruction.

Atteindre la cause et l’effet. Le sens même de changer la vie en mort et celle-ci en une autre forme d’existence ultérieure.


Par conséquent, je souhaite diriger l’attention non pas vers le centre du phénomène, mais explicitement et inconditionnellement, vers son ÉPICENTRE. Vers ce qui est la cause directe du changement d’une forme en une autre. Regarder sur ce point qui est invisible et inconscient pour le spectateur mais qui est la zone de la plus grande concentration d’énergie. Il révèle et symbolise tout le sens du changement et de la transformation. Cet épicentre iconique, d’une signification illimitée, est le sujet de mes expériences créatives.

C’est de cette philosophie qu’est né le concept du titre de cette série.


J’ai également l’intention de montrer combien d’énergie peut être libérée dans la forme limitée et la plus simple qui est le cercle. Il semblerait que la figure géométrique soit une forme stable, inébranlable, limitée par ses bords, délimitée sans ambiguïté. Cependant, chaque figure est déjà, par sa délimitation, détachée du substrat à partir duquel la volonté de quelqu’un a été créée, et donc une certaine charge d’énergie est également apparue. Le remplissage de cette forme avec de la couleur intensifie ces énergies. De plus, la direction de l’application de la peinture provoque une accumulation de tension et fait qu’une figure géométrique ordinaire, strictement définie et immobile, commence à vivre sa propre vie.


Ainsi, les limites de cette figure ne sont plus clairement définies et elles se fondent à nouveau dans l’environnement dont elle est issue. Il s’agit donc d’essayer de montrer la transition pulsée d’une forme à une autre. J’ai utilisé ici les principes et la philosophie du précurseur de l’art moderne et fondateur du mouvement appelé suprématisme, Kasimir Malevitch. Réduire le plan à des figures géométriques, remplies de couleurs. L’exemple le plus remarquable est Le Carré noir qui définit de nouvelles orientations ouvrant de nouveaux champs d’exploration qui sont le fondement d’une nouvelle philosophie de l’art contemporain.

La deuxième idée pour la construction technique du tableau a été inspirée par le travail de Jackson Pollock qui, en appliquant de la peinture de manière aléatoire et statistiquement imprévisible sur la toile, construit son monde pourtant extrêmement ordonné.

Un autre postulat important sur lequel repose le travail de création de mes œuvres d’art est de montrer la dualité de la nature.

La nature humaine et la nature en général. Tout comme il y a le bien et le mal, la lumière et l’obscurité, l’esprit et la matière, chacune de mes peintures de la série Épicentre Quantum a deux visages différents. L’un d’eux est visible en lumière visible, mais l’autre ne peut être vu que lorsqu’il est éclairé par la lumière ultraviolette. Dans ce cas, l’idée de la création de cette peinture et son inspiration était la philosophie de Planck qui a démoli la théorie traditionnelle de la structure ondulatoire du rayonnement lumineux au profit de son caractère quantique. Ou plutôt, l’introduction du concept de la théorie du chaos dans la physique. D’où la deuxième partie du nom du cycle de mes œuvres Quantum, en simplifiant, on pourrait les appeler des œuvres radioactives.

Jaremi Picz

Œuvres.

Œuvres.

Les enchères.

Les enchères.

Contact.​

Contact.

Adresse électronique

jaremi.picz@gmail.com

Téléphone

+48 502 103 391

Adresse

Opole, Pologne

Napisz
do mnie.

Retour haut de page